samedi 28 juin 2014

La voleuse de livres.


Titre du livre : La voleuse de livre (The book thief).
Auteur : Markus Zusak
Année de parution : 2008
Editions : Pocket
Genre : Drame, Historique
Nombre de pages : 640
Prix : 8.10€


La 4ème de couverture :

Leur heure venue, bien peu sont ceux qui peuvent échapper à la Mort. Et parmi eux, plus rares encore, ceux qui réussissent à éveiller sa curiosité. Liesel Meminger y est parvenue. Trois fois cette fillette a croisé la Mort et trois fois la Mort s'est arrêtée.

Est-ce son destin orpheline dans l'Allemagne nazie qui a valu cet intérêt inhabituel? Ou sa force extraordinaire face aux événements? A moins que ce ne soit son secret... Celui qui l'a aidée à survivre. Celui qui a même inspiré à la Mort ce si joli surnom : la Voleuse de livres..


Où se le procurer? 
La Fnac
Le Furet du Nord
Amazon

Ma note : 

Mon avis : Un vrai chef d'oeuvre, un régal. Je l'ai dévoré du début à la fin et autant dire que je n'ai pas vu passer les quelques 600 pages.

Je me suis très vite attachée à tous les personnages, je comprenais les sentiments qu'ils ressentaient, j'ai beaucoup aimé suivre Liesel, la voir grandir, que ce soit physiquement ou moralement, voir son caractère s'affirmer, de la voir petit à petit, s'attacher à ses parents nourriciers, se faire des amis, j'avais parfois l'impression d'être à leur côté. Je n'étais plus chez moi en train de lire un livre, j'étais avec eux, à Molching.

Comme vous vous en doutez surement, c'est à la sortie du film que j'ai entendu parler de ce livre, que je regrette de ne pas avoir connu plus tôt. J'ai trouvé la 4ème de couverture assez étrange et j'ai eu peur en voyant le contexte de guerre mondiale, d'un livre lourd et cliché sur ce sujet.

Mais pas du tout! Certes, la guerre est présente, au début, on fait surtout allusion au rationnement, au salut hitlérien et au parti nazi, le NSDAP. Je pense que cela est surtout dû au fait, qu'au début du livre, Liesel n'est âgé que de 10 ans et ne dois pas encore vraiment comprendre ce qu'il se passe dans son pays. Elle commence à vraiment comprendre ce qui arrive vers ses 11/12 ans, à l'arrivée de Max, un jeune homme juif venu se réfugier dans le sous sol des Hubermann, les parents nourriciers de Liesel.

Un autre sujet très présent dans le livre, la mort! Et pour cause, c'est elle la narratrice. Mais une fois encore le sujet n'est pas lourd du tout, la Mort nous donne ses propres ressentis en plus de nous raconter l'histoire de Liesel. On nous donne une nouvelle vision de la mort, et si elle n'étais pas vraiment celle que l'on crois? Notre narratrice est omnisciente, elle sait tout, c'est ce qui lui permet de pouvoir nous raconter l'histoire et les pensées de n'importe quel personnage du livre.

Et pour finir, j'ai beaucoup aimé ce rapport qu'à Liesel avec les livres, pour elle, les livres ne sont pas que de simples objets. Ils referment des mots, et ce sont ces mots qui la font vivre.

En bref, une très bonne lecture, avec beaucoup d'émotions très différentes, on les ressent toutes, que ce soit la peur, la tristesse, la joie.. On veut toujours savoir ce qu'il se passe ensuite, il est impossible de lâcher ce livre, on veut toujours en savoir plus, savoir ce qui va arriver à Liesel, à ses parents, à Max, à ses amis..
Comme vous l'aurez compris, je vous recommande donc vivement ce roman!


"Les humains ont au moins l'intelligence de mourir".

Retrouvez moi aussi sur :

Bannière Livraddict

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire